07 août 2011

Le Château de Montargis

Le Château de Montargis (Loiret) FRANCE

          Le château que nous voyons aujourd’hui à Montargis, au bord du plateau qui domine la vallée du Loing fut édifié à la fin du 19ème siècle, sur l’emplacement d’un château royal, témoin de plus de 7 siècles d’histoire de la ville.

Le Château de Montargis 001

XIIe et XIIIe siècles

Au début du 12ème siècle, Montargis fait partie des possessions de la puissante famille de Courtenay. Afin de contrôler et de défendre le carrefour des routes Sens-Orléans et Paris vers le Sud, un petit château est construit par Renault de Courtenay (1105~1194), en surplomb de l’agglomération, elle-même située au confluent de quatre rivières. La chapelle Sainte Marie, paroisse de la ville est bâtie à proximité de 1134 à 1142.

Les possessions des de Courtenay entrent, puis sont maintenues dans celles de la Couronne de France par l’arrangement de plusieurs mariages unissant la famille royale à la famille de Courtenay. Pierre, (v. 1126 ~1183), le septième enfant du roi Louis VI le Gros épouse Élisabeth de Courtenay (1127~1205), en 1151, et devient seigneur de Montargis sous le nom de Pierre 1er de Courtenay.

 Philippe Auguste (1165~1223) fait ériger une grosse tour de défense en 1184.

 Les travaux défensifs s’achèvent avec la première enceinte  de la ville au début du 13ème siècle.

Charles de Valois (1270~1325) épouse Catherine de Courtenay (1274~1307)

 

Au XIVe siècle :

Charles V de Valois dit Charles-le-Sage (1364~1390), entreprend  à partir de 1370 des travaux d’extension et de rénovation. Il en confie la réalisation à Raymond du Temple (?~ 1403 ou 1404), architecte du Louvres, du château de Vincennes et du château de Sully-sur Loire.

  Il fait réaliser :

Plan de la Grande salle du château par du Cerceau

- la grande salle des armes, 56 m de long et 17 m de large avec 6 cheminées monumentales, éclairée, sur le côté ouest du château, par 17 fenêtres garnies de vitraux,

- un donjon  central de 130 m à 140 m avec une plateforme crénelée qui domine le château,

- un corps de bâtiments au Nord,

- l’église Sainte Marie au NE,

- une rangée d’habitationsau Sud.

Les travaux se terminent en 1380, par la pose d’une des premières horloges de France.

 Des murailles cernent le château et se raccordent aux remparts de la ville. Les communications avec l’extérieur se font au Nord par le « guichet » sous la grosse tour, à l’Ouest sur la cour devant le logis royal et au Sud-Est par la poterne ouverte sur la ville.


       Le fossé de défense de Montargis se prolonge tout autour du château.  Une deuxième enceinte est réalisée autour de l’agglomération.

Plan           XVIe siècle :
           Louis XII de Valois (né en 1462) meurt en 1515 sans héritier mâle, François 1er de Valois (1494~1547) lui succède au trône et épouse Claude de France (1499~1524) issue du mariage d’Anne de Bretagne (1477~1514) avec Louis XII et donc héritière du royaume de Bretagne où la loi salique ne s’applique pas. À la mort de Claude en 1524, sa jeune sœur Renée de France (1510~1575, alors âgée de 14 ans est spoliée de son héritage breton par le Roi en échange d’apanages dont la seigneurie de Montargis et un dédommagement financier qui ne fut jamais versé.

Le Château de Montargis sur les plans de du Cerceau-1

 

En 1528, Renée est mariée à Hercule II d’Este (1508~1559), duc de Ferrare et de Reggio. À la mort du duc, en 1559, Renée choisit de vivre jusqu’à sa mort en 1575, dans sa seigneurie de Montargis. Protestante, Renée de France fait, de la ville et surtout du château, un foyer du protestantisme. Dès son arrivée, elle entreprend de gros travaux de rénovation du château qui avait souffert de manque d’entretien et des conséquences de l’incendie qui détruisit  entièrement la ville en 1525. Elle en confie la direction à Jacques 1er Androuet du Cerceau (v.1515~1585). Elle fait venir Jérôme Teste d’Italie pour la réalisation des jardins. Les jardins d’agréments se prolongent à l’extérieur du fossé par les jardins de subsistance, encadrant le château comme une collerette.

Le 31 octobre 1587, au cours d’un épisode des guerres de religion, une mine fait sauter le pont-levis et fend la grosse tour.

XVIIe siècle :

Pendant la minorité de Louis XIII, Marie de Médicis (1573~1642) rachète la seigneurie de Montargis aux héritiers d’Anne d’Este (1531~1607), la fille de Renée de France, en 1612. Désormais, la seigneurie de Montargis  appartient à la Maison d’Orléans jusqu’à la Révolution. Philippe d’Orléans (1640~1701), frère de Louis XIV (1643~1715), vient souvent au château. Il fait détruire la grosse tour devenue dangereuse, l’église sainte Marie, en ruine depuis un siècle,  et l’énorme donjon.

De 1789 à la fin du XIXe siècle - Révolution française - Conséquences de la vente des biens nationaux :

À la révolution, le château, bien national, est acheté par la ville puis rétrocédé en 1791 au comte de la Touche-Tréville qui installe une filature de coton dans la « grande salle ». Le château, qui en très mauvais état, est ensuite acquit en 1809, par Jean Antoine Massé qui entreprend aussitôt sa démolition et la vente des matériaux récupérés, non sans susciter l’émotion et une vaine tentative de sauvegarde du monument par de nombreux artistes dont le peintre Girodet (1767~1824). Après 1825 la revente des lieux par Massé, les propriétaires successifs poursuivent l’entreprise de déconstruction.

Le Château de Montargis 009Le Château de Montargis 004

 

Le Château de Montargis 011

Aujourd’hui :

Le château actuel, édifié à la fin du 19ème siècle, a gardé la tour d’angle des remparts. La tour carrée de la poterne d’accès par la ville existe toujours. Aujourd’hui, l’emplacement est occupé par un lycée d’enseignement privé. Le public peut encore visiter les vestiges de la crypte de l’ancienne église Sainte Marie dédiée à Saint Guinéfort et les caves médiévales du château.

 

Des fonds publics, auxquels s’ajoute une souscription privée toujours ouverte, financent les travaux entrepris, depuis 2010, pour la restauration des remparts dominant la ville, et la reconstitution partielle des jardins d’agrément.

Pour voir la vidéo sur l'histoire succincte du château de Montargis commentée, montée par ColineCélia, sur youtube:  cliquez ici
On peut trouver plus de détails sur la vie de Renée de France au château de Montargis dans Les dernières Dames de Montargis au temps des guerres de religion d’ Huguette LELOUP–AUDIBERT
http://colinecelia.canalblog.com/archives/2011/05/15/21140076.html

Jacques Androuet du Cerceau (Paris v. 1510) Annecy ou Genève v. 1541) Il fit deux séjours en Italie (1530 à 1537 et 1541). En France, il éleva le château de Verneuil-sur-Oise (1565~1575), dont l’ordonnance fut souvent reprise au XVIIe siècle et pour Henri III, le château de Charleval (détruit) ; il adopta des formes courbes, un décor plein de fantaisie ainsi que l’ordre colossal. il publia plusieurs recueils de gravures : Arcs et Monuments antiques (1549~1560), Livre des édifices antiques et romains (1584) et Livres des grotesques (1566) où s’affirme son goût pour le décor luxuriant.  Les représentations du château ci-dessus proviennent de Jacques Androuet du Cerceau. (déf. Le petit Robert des noms propres)

 

Note : De nombreux éléments de ce résumé proviennent d’articles de M. Gaston LELOUP, historien, qui se trouvent dans le fascicule «  Le château de Montargis d’hier à aujourd’hui » édité par l’Association pour la Sauvegarde des Remparts disponible au Syndicat d’Initiative de Montargis.




22 mai 2011

A l'époque des guerres de religion, les descendants d'Anne de Bretagne, Reine de France, XVe et XVIe siècles

A l'époque des guerres de religion, les descendants d'Anne de Bretagne, Reine de France,XVe et XVIe siècles

Cliquez sur le lien pour atteindre le document pdf

Descendants_d_Anne_de_Bretagne_reine_de_France_

__l__poque_des_guerres_de_religion

Les familles nobles impliquées dans les guerres de religion de François 1er à Henri IV  cliquez pour accéder au document (pdf)

http://colinecelia.canalblog.com/archives/2011/05/22/21199508.html

A propos de Renée de France et sa fille Anne d'Este:

LELOUP–AUDIBERT Huguette – Les dernières Dames de Montargis

Au temps des guerres de religion

http://colinecelia.canalblog.com/archives/2011/05/15/21140076.html



 

Posté par colinecelia à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 mai 2011

LELOUP–AUDIBERT Huguette – Les dernières Dames de Montargis - Au temps des guerres de religion

LELOUP–AUDIBERT Huguette – Les dernières Dames de Montargis

Au temps des guerres de religion

Dans les années 1970, la communauté protestante de la région de Montargis choisissait Renée de France pour nommer son nouveau temple construit sur la colline qui domine la ville. Ce choix  remettait en mémoire l’importance qu’avaient eu Renée de France (1510~1575) puis sa fille Anne d’Este (1531~1607), les deux Dames qui se succédèrent à la tête de la seigneurie de Montargis au XVIe siècle. Progressivement, les intérêts et les enjeux politiques et religieux, locaux et nationaux, postérieurs, avaient jeté sur elles un voile d’oubli dans les mémoires.

Ren_e_de_France_par_Jean_Clouet_____Mus_e_Cond____Chantilly

Renée de France, dame de Montargis, duchesse de Chartres, comtesse de Gisors était la fille du Roi de France Louis XII (1462~1515) et d’Anne de Bretagne (1477~1514), et la sœur de Claude de France (1499~1524), reine de France par son mariage avec le futur François 1er. Elle épousa Hercule II d’Este (1508~1559), duc de Ferrare, de Modène et de Reggio. Elle fut la tante du roi Henri II et la grand-tante des trois derniers rois Valois.

Anna_dEste_FecampAnne d’Este, fille de Renée de France et d’Hercule II d’Este, était, par son père, la cousine germaine de Catherine de Médicis (1519~1589) et la petite cousine des trois derniers Valois. Elle devint duchesse d’Aumale, puis de Guise par son premier mariage avec Henri de Guise (1519~1563)  puis,  par son second mariage avec  Jacques de Savoie (1531~1585), elle devint duchesse de Nemours et de Genevois. Les enfants survivants de son premier mariage, Henri de Guise dit le Balafré (1549~1588), Catherine de Montpensier (1551~1596), le duc Charles de Mayenne (1554~1611) et Louis, d’abord archevêque de Reims puis cardinal de Guise  ont marqué l’histoire de France de leur empreinte.

 Voir : A l’époque des guerres de religion, les descendants d’Anne de Bretagne XVe et XVIe siècles (pdf)

http://colinecelia.canalblog.com/archives/2011/05/22/21199210.html

 Familles nobles impliquées dans les guerres de religion en France de François 1er à Henri IV

         http://colinecelia.canalblog.com/archives/2011/05/22/21199508.html

S’appuyant sur les archives et les écrits de l’époque, Huguette LELOUP-AUDIBERT analyse, avec un souci d’objectivité, sans romancer, le rôle qu’elles ont eu localement. Son étude de leurs biographies respectives remet en lumière leur importance, aussi bien locale que nationale. Ces deux femmes vivaient à l’époque charnière que fut la Renaissance, certes marquée d’humanisme éclairé, mais bouleversée par les luttes hégémoniques de Charles Quint, François 1er, la papauté catholique, l’inquisition contre les hérésies et l’avènement de la réforme protestante, sur fond de querelles de succession.

Intelligentes et cultivées, elles étaient toutes deux passionnées d’art et de littérature. L’une, Renée, était protestante. L’autre, Anne, était catholique. Bien que tolérantes l’une et l’autre, le fanatisme imposé par les stratégies de domination politico-religieuses et les conséquences dramatiques des guerres qui en découlaient, les contraignirent à s’affirmer l’une protestante protectrice des partisans de la Réforme en danger, l’autre catholique acharnée à la vengeance de son premier époux et de ses deux fils assassinés.

  Le quinzième chapitre de l’ouvrage concerne Montargis et son château.

Caves_du_Ch_teau_de_Montargis_2Caves_du_Ch_teau_de_Montargis_1En complément, l’architecte de Renée de  France, Jacques Androuet du Cerceau (Paris 1510~Annecy ou Genève 1585) fait l’objet d’une première partie traitée par Pierre BOURGON sur sa vie, ses travaux et sa mémoire et d’une seconde partie présentée par Michèle GAUDRY sur les jardins de la Collerette dont il fut le concepteur. Cette seconde partie nous éclaire sur ce qu’étaient les jardins de la Renaissance et intéressera particulièrement les amateurs de plantes anciennes et de l’histoire des jardins.

Reconstitution_du_jardin_de_la_Collerette_2011

En fin de livre, de nombreux documents sont donnés en annexe ainsi que la liste des sources et la bibliographie utilisées par les auteurs.

Le château de Renée de France sur la carte Cassini (XVIIIe s.)  Emplacement du château au milieu du XXe s, carte d’État-major Cliquez sur les cartes

pour accéder à leur emplacement sur géoportail.                                     

Emplacement_du_ch_teau_de_Montargis___Carte_CassiniCarte_d_Etat_major_du_ch_teau_de_Montargis

 

 

   L’AUTEURE :

Huguette LELOUP est une Montargoise d’adoption originaire du sud-est de la France. Professeur d’anglais, elle enseigna successivement dans le Loiret au collège du Chinchon, puis au lycée de Montargis, de 1961 à 1989 et jusqu’à ces dernières années à l’Université du Temps Libre de Montargis. Intéressée par l’histoire locale, elle a participé à l’élaboration de nombreux articles pour le bulletin de la Société d’Émulation de Montargis[1] qu’elle a rejoint  dès les années 1970 ainsi que pour le Bulletin des Amis du Vieux Montargis[2].

Elle a écrit : Pierre Louis Manuel  (1753~1793), Du pouvoir à l’échafaud (2006), (Éditions de l’Écluse) 

Biographie du docteur Gastellier (en collaboration avec Gaston LELOUP).

Les dernières Dames de Montargis  au temps de guerres de religion (2010) aux Éditions de l’Écluse.

http://www.editions-de-lecluse.com/-Le-catalogue-.html


Emplacement_qu_occupaient_le_ch_teau_et_les_jardins_de_la_Collerette___Montargis
Le château, de nos jours, est une école privée. Du château de Renée de France, seule la grosse tour subsite. Les jardins de la Collerette sont en voie de restauration, ainsi que les remparts qui donnent sur le centre de la ville. Cliquer sur la carte pour accéder à son emplacement sur géoportail.

Pour voir la vidéo sur l'histoire du château de Montargis par ColineCélia :
Cliquez ici
Voir le message de ColineCélia : Le château de Montargis (Loiret) FRANCE:
Cliquez ici

[1] La Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis (Loiret), est une société savante qui à l'instar des autres sociétés d’émulation avait comme but de valoriser la culture locale et l'histoire locale et l'archéologie.

Cette société d'émulation fut fondée le 1er janvier 1853 par six notables montargois à l'initiative du sous-préfet baron de Girardot, du maire le docteur Ballot.

http://gatinais.histoire.pagesperso-orange.fr/histbsem.htm

 [2] L’association des Amis du Vieux Montargis (Loiret) a été créée en réaction aux démolitions massives commencées au cours des années 60. Elle a comme but la préservation et la défense du Patrimoine sous toutes ses formes.

Ce Patrimoine sauvegardé est accessible au public de diverses manières :

* Création de deux musées ouverts au public : le Musée des Tanneurs à Montargis et le Musée de La Pailleterie à Amilly (Loiret)
* Création de « Réserves » dans lesquelles sont stockées et inventoriées les objets rassemblés.
* Publication semestrielle d’un Bulletin qui offre ses colonnes à toutes les contributions.
* Création d’un « Fonds AVM » aux Archives Municipales.
* Edition de brochures.
* Conférences sur un aspect particulier de notre Patrimoine.

http://amis.du.vieux.montargis.pagesperso-orange.fr/