15 juin 2010

BUSSY-RABUTIN Roger (1618~1693) - Histoire amoureuse des Gaules (1660)

Bussy-Rabutin 3 - le comte-1
La Fronde (1649~1653) est terminée depuis 7 ans, le traité des Pyrénées (1659) vient d’être signé clôturant la guerre menée contre les Habsbourg quand BUSSY rédige l’Histoire amoureuse des Gaules. S’inspirant du Satiricon de l’écrivain latin PETRONE (mort en 65), Roger RABUTIN dépeint, dans ce « un roman satirique», les vices de la Cour et les intrigues galantes de personnages qui occupaient un rang élevé à la cour les mettant en scène sous un jour fâcheux. Le cynisme et les scandales étaient de mode. Pendant la période hivernale, les combats des armées cessaient pour des raisons de logistiques. Les aristocrates se retrouvaient alors oisifs et occupaient leur temps à entremêler intrigues politiques et amoureuses. Les gentilshommes prétendaient à nombre de maîtresses et ces dames avaient quantité d’amants. Toutes ces histoires amusaient la société de l’époque.

BUSSY fait une peinture d’une société avec une acuité redoutable. Les scandales qu’il évoque sont connus de tous. La vanité, la malice, la volonté de puissance animent ses héros. Chez les femmes, l’esprit d’intrigue, la cupidité l’emportent sur le sentiment, la passion ou les exigences des sens. Ce sont ces ressorts cachés qui l’intéressent.

De culture latine, BUSSY admirait le souci d’élégance et de raffinement de l’épicurien PETRONE ainsi que son observation des ridicules, son esprit libre et son détachement des préjugés.

 Bussy-Rabutin 11
BUSSY écrivit son ouvrage pour divertir sa maîtresse, Madame de Montglas. Le « roman satirique » était un genre de roman à clé à la mode qui peignait sous des pseudonymes les portraits de personnages de certaines parties de la société. Les épisodes évoqués, qui étaient de notoriété publique, fournissaient matière à mettre en scène des situations libertines et scabreuses. Bussy- Rabutin 7-1

On trouve, parmi les portraits contenus dans l’Histoire amoureuse des Gaules, celui de BUSSY par lui-même et un de sa cousine Mme de SÉVIGNÉ dont elle aurait souffert. Lors de la visite du château de Bussy, le visiteur se rend rapidement compte que le propriétaire des lieux utilise des vengeances sournoises et perfides pour soulager ses rancunes tenaces. BUSSY qui trouvait sa cousine à son goût a vu ses avances repoussées d’où la description de sa froideur. Pour subvenir en 1658 aux frais de la campagne des Flandres, la marquise lui avait refusé l’argent qu’il lui demandait d’où l’allusion à son avarice.

La pureté de la langue, la netteté rapide des phrases, la justesse des mots, leur richesse, l’ironie légère de certaines formules font l’agrément de la lecture de ce récit.

 

BIOGRAPHIE et BIBLIOGRAPHIE
LE CHÂTEAU DE BUSSY-RABUTIN (Côte d'Or)

Voir la vidéo de ColineCélia sur le château de Bussy Rabutin (Côte d'Or)


BUSSY-RABUTIN Roger (1618~1693) - BIOGRAPHIE et BIBLIOGRAPHIE

Roger BUSSY-RABUTIN est né à Épiry en Bourgogne le 13 avril 1618. Après des études au collège de Jésuites d’Autun puis au collège de Clermont à Paris, il commence une carrière militaire et participe à différentes campagnes françaises contre les Habsbourg.

En 1643, il épouse Gabrielle de Toulongeon, mais celle-ci décède en 1646. Il se remarie plus tard avec Mlle de Rouville.

Pendant la Fronde, il suit d’abord Condé dans son conflit avec la cour. Ayant subit des affronts de ce dernier qui lui ordonne de céder sa charge de capitaine des la compagnie de chevau-légers, il prend parti pour la cour et sert sous les ordres de Turenne.

En avril 1659, il entre en disgrâce pour avoir passé la fin de la semaine sainte avec des amis « libertins » et avoir tenu des propos sur les amours du Roi. Il est exilé en Bourgogne où sa maîtresse Mme de Montglas le suit. Il peut rentrer à Paris en Novembre, à condition de ne pas paraître à la cour.

En 1660, il compose l’Histoire amoureuse des Gaules à Bussy. C’est le début du règne de Louis XIV. Il obtient l’autorisation de se présenter à la cour qui se tient à Paris ou à Fontainebleau, mais Bussy se rend compte que le jeune roi ne l’aime pas.

À la fin de l’année 1662, Bussy lit son manuscrit à quelques amis dont Madame de la Baume. Cette dame se fait prêter le texte pour quarante-huit heures et profite de ce délai pour le recopier avant de le rendre.

De retour à Paris quelques mois plus tard, Bussy apprend que son texte est « assez public ». Mme de la Baume nie l’avoir dévoilé. Mais en 1664, il en aura la preuve par Mme de Sourdis. Il fait une scène violente à Mme de la Baume qui désormais sera sa pire ennemie.

Le Roi ratifie son élection à l’Académie française au début de l’année 1665. La parution anonyme à Liège de l’Histoire des Gaules accentue l’hostilité du Roi. Pour se dédouaner, Bussy charge le duc de Saint-Aignan de montrer le manuscrit au Roi qui le garde quatre jours. La consultation est suivie d’un entretien avec Bussy, semble-t-il favorable. Mais ce dernier apprend qu’une dame aurait obtenu une audience et aurait convaincu le Roi que le manuscrit était tronqué. Il découvre alors que Madame de la Baume avait introduit dans sa copie des traits injurieux pour certains personnages de la cour, particulièrement Condé. Malgré les démarches de Bussy pour se disculper, il est arrêté le 16 avril 1665, mis au secret à la Bastille et doit céder sa charge de mestre de camp général de la cavalerie légère.

Le 10 août 1666, Bussy a l’autorisation de se retirer sur ses terres. Il part le 6 septembre à Bussy.

Là, Bussy reçoit des visites, écrit ses Mémoires (posth. 1856) et entretient une importante Correspondance (posth. 1697 et 1858) avec les beaux esprits de son époque, notamment sa cousine Madame de SÉVIGNÉ. Il fait aménager les appartements de son château dont il conçoit lui-même la décoration dans laquelle il manifeste sa nostalgie de l’armée, de la cour, son ressentiment contre Louis XIV et sa rancune contre Mme de Montglas qui l’a abandonné.

Il ne pourra revenir à Paris que pour de courts séjours en 1672 et 1676 et définitivement seulement en 1681. Sa disgrâce n’est pourtant pas terminée. Aussi, il ne fera que de courtes apparitions à Paris en 1682, 1687 et 1690, puis restera définitivement à Bussy.

Il meurt le 9 avril 1693 à Autun.


Vidéo sur le château de Bussy Rabutin (Cote d'Or)

 

LE CHÂTEAU DE BUSSY-RABUTIN (Côte d'Or)

 

 

 

 

 

 

10 juin 2010

LE CHÂTEAU DE BUSSY-RABUTIN (Côte d'Or - FRANCE)

LE CHÂTEAU DE BUSSY-RABUTIN[1] (Côte d'Or - FRANCE)

Le_ch_teau_vue_ext_rieure

A la Renaissance, les comtes de Rochefort firent abattre le mur qui fermait la cour de l’ancien château fort du XVe siècle, transformèrent les quatre tours de défense en tours d’habitation et firent décorer les ailes.

Le grand-père de Roger Rabutin commença la façade. Le rez-de-chaussée date de LouisXIII tandis que les parties supérieures, qui furent terminées en 1649, évoquent le premier style Louis XIV.

Bussy_Rabutin_3___le_comte_1

Bussy-Rabutin a conçu la décoration de l’intérieur.

Le portrait du maître de maison peint par Lefèvre, un élève de Lebrun se trouve sur la cheminée de la salle à manger appelée aussi « Cabinet des devise ». La pièce est décorée de panneaux figuratifs ou allégoriques et de devises imaginées par Bussy ainsi que des châteaux et des monuments de l’époque dont certains n’existent plus

Bussy_Rabutin_4_1

Les portraits de 65 hommes de guerre de du Guesclin à Bussy sont représentés dans « l’antichambre des hommes de guerre ». Des fleurs de lys, des trophées, des étendards et les chiffres entrelacés de Bussy et de la Marquise de Montglas décorent les boiseries et les plafonds. Des devises perfides qualifient sa maîtresse infidèle.

Bussy__Rabutin_7_1

Les portraits de 25 dames de la Cour et de favorites ornent la chambre de Bussy. Un triptyque réunit sa seconde épouse Louise de Rouville, ses cousines Madame de Sévigné et sa fille Madame de Grignan.

L’exilé avait installé son bureau dans « la tour dorée » où il s’est fait représenter en empereur romain. Des peintures aux sujets galants ou empruntés à la mythologie couvrent entièrement la pièce. Elles sont accompagnées de quatrains et de distiques[2] ravageurs. Sous le plafond à caisson richement décoré, se trouvent des copies de personnage des règnes de Louis XIII et Louis XIV.

La « galerie des rois de France » mène à l’oratoire situé dans la tour sud.

Bussy_Rabutin_9_Louis_XIV

 

 

Pour en savoir plus sur :

Regarder la vidéo  de ColineCelia sur le Château de Bussy Rabutin sur

http://www.youtube.com/watch?v=ANxW9FpfbLA

 et celle des Amis du château de Bussy Rabutin

http://www.dailymotion.com/video/xiks2y_chateau-de-bussy-rabutin_tv

BUSSY-RABUTIN Roger (1618~1693)
et

L’Histoire amoureuse des Gaules

 


 

[1] document rédigé à l’aide du guide vert Michelin de la Bourgogne 2006 (p176 177) ; photosNMS (juillet 2008)

 

[2] Groupe de deux vers renfermant un énoncé complet