SALLENAVE Danièle – Viol

Six entretiens, quelques lettres et une conversation finale (1997)

      Dans une cité ouvrière du Nord de la France, Madeleine Dumonchel accepte de recevoir Sophie Dauthry, qui vient de Paris afin de tenter de comprendre ce que vit cette femme dont le mari est condamné à dix ans de prison, pour inceste.

     La visiteuse se trouve face à une femme fatiguée, tourmentée. Tandis que le magnétophone tourne, Mado confie que sa vie est brisée depuis trois ans et demi. Elle ne peut oublier le matin où les gendarmes sont venus arrêter son mari. Elle n’en dort plus et pense à lui sans arrêt. Il n’a rien fait. C’est un coup monté par des gens qui leur en veulent.

 *

     Conduire l’entretien est chose délicate pour la femme qui la questionne. Mado s’enferre dans des explications contradictoires pour éluder constamment la faute de Lucien. Son interlocutrice sent qu’à la moindre maladresse de sa part, Mado peut se murer dans le silence et mettre fin à la rencontre. Aussi, tout en revenant sur les faux fuyants, se montre-elle bienveillante et réamorce prudemment les confidences de Madeleine. Elle l’écoute raconter son enfance culpabilisée, mal aimée, sa famille, sa vie sans horizon, la fatigue, la déprime, les horaires décalés, le réconfort dans l’alcool, la solitude, son amour pour Lucien, les autres, les jaloux qui complotent, la frustration d’être née du mauvais côté. Ses fils ? Elle ne les voit plus. Sa fille à laquelle elle était si attachée ? Non plus. Et surtout elle ne veut plus revoir Maud, la fille de Lucien par qui tout est arrivé ! Mal conseillée, c’est elle qui a tout manigancé.

     À mesure des entrevues, se révèle l’enchevêtrement d’inculture, de manque de repère, d’ignorance, de non-dits, de mensonges, de frustrations, de rancœurs, d’égoïsme, qui a favorisé l’aveuglement volontaire de cette mère confrontée au viol de Marie-Paule, sa fille de treize ans, jusqu’aux révélations insupportables de la conversation finale, quatorze mois plus tard.

***** 

     La plupart des viols d’enfants et de mineurs ont lieu dans le cadre familial ou l’entourage immédiat de la famille, nous dit-on. Comment se fait-il que l’autre parent n’ait rien vu, rien su, n’ait pas réagi… ? Telle est la question que nombre d’entre nous se posent à chaque nouvelle affaire divulguée dans les médias. Danièle SALLENAVE a choisi le biais de la fiction pour donner directement la parole à une mère d’enfant violée par son conjoint. Partenaires de ce tête à tête, les lecteurs entrent au cœur du problème.

Danièle SALLENAVE (1940) - La Vie fantôme (1986)

Danièle SALLENAVE (1940) - Les Portes de Gubbio (1980)

Danièle SALLENAVE (1940) - Biographie et Bibliographie