Bussy-Rabutin 3 - le comte-1
La Fronde (1649~1653) est terminée depuis 7 ans, le traité des Pyrénées (1659) vient d’être signé clôturant la guerre menée contre les Habsbourg quand BUSSY rédige l’Histoire amoureuse des Gaules. S’inspirant du Satiricon de l’écrivain latin PETRONE (mort en 65), Roger RABUTIN dépeint, dans ce « un roman satirique», les vices de la Cour et les intrigues galantes de personnages qui occupaient un rang élevé à la cour les mettant en scène sous un jour fâcheux. Le cynisme et les scandales étaient de mode. Pendant la période hivernale, les combats des armées cessaient pour des raisons de logistiques. Les aristocrates se retrouvaient alors oisifs et occupaient leur temps à entremêler intrigues politiques et amoureuses. Les gentilshommes prétendaient à nombre de maîtresses et ces dames avaient quantité d’amants. Toutes ces histoires amusaient la société de l’époque.

BUSSY fait une peinture d’une société avec une acuité redoutable. Les scandales qu’il évoque sont connus de tous. La vanité, la malice, la volonté de puissance animent ses héros. Chez les femmes, l’esprit d’intrigue, la cupidité l’emportent sur le sentiment, la passion ou les exigences des sens. Ce sont ces ressorts cachés qui l’intéressent.

De culture latine, BUSSY admirait le souci d’élégance et de raffinement de l’épicurien PETRONE ainsi que son observation des ridicules, son esprit libre et son détachement des préjugés.

 Bussy-Rabutin 11
BUSSY écrivit son ouvrage pour divertir sa maîtresse, Madame de Montglas. Le « roman satirique » était un genre de roman à clé à la mode qui peignait sous des pseudonymes les portraits de personnages de certaines parties de la société. Les épisodes évoqués, qui étaient de notoriété publique, fournissaient matière à mettre en scène des situations libertines et scabreuses. Bussy- Rabutin 7-1

On trouve, parmi les portraits contenus dans l’Histoire amoureuse des Gaules, celui de BUSSY par lui-même et un de sa cousine Mme de SÉVIGNÉ dont elle aurait souffert. Lors de la visite du château de Bussy, le visiteur se rend rapidement compte que le propriétaire des lieux utilise des vengeances sournoises et perfides pour soulager ses rancunes tenaces. BUSSY qui trouvait sa cousine à son goût a vu ses avances repoussées d’où la description de sa froideur. Pour subvenir en 1658 aux frais de la campagne des Flandres, la marquise lui avait refusé l’argent qu’il lui demandait d’où l’allusion à son avarice.

La pureté de la langue, la netteté rapide des phrases, la justesse des mots, leur richesse, l’ironie légère de certaines formules font l’agrément de la lecture de ce récit.

 

BIOGRAPHIE et BIBLIOGRAPHIE
LE CHÂTEAU DE BUSSY-RABUTIN (Côte d'Or)

Voir la vidéo de ColineCélia sur le château de Bussy Rabutin (Côte d'Or)